dimanche 12 mai 2013

Semaines 2 et 3 – Je ne serai jamais cool

Crédit photo: pixabay.com

Je ne serai jamais cool :
– parce que je ne te dirai jamais « Viens à la maison quand tu veux! », car j’ai besoin d’être avertie de ta visite au moins trois jours ouvrables à l’avance et de connaître ton heure d’arrivée et, si possible, ton heure prévue de départ. Parce que les imprévus, ça me tue et que je ne pourrai pas t’accueillir avec le sourire. Que si tu me fais une visite surprise, je vais faire la gueule, mais ce ne sera pas ta faute. C’est mon anxiété qui prendra toute la place. Je comprends tes bonnes intentions et les miennes ne sont pas mauvaises non plus.
– parce que je vais préférer dîner seule ou avec une ou deux personnes au lieu de faire partie de la gang. Tu me verras comme snob, pas « parlable », et tu vas penser que je te rejette. Il n’en est rien. Parler de tout et de rien, entendre des conversations croisées, la chaleur, respecter les bons codes sociaux, dire les bonnes choses au bon moment sans faire de bourde (j’en ferai au moins une qui créera un froid), et manger en plus, c’est une bonne façon de m’épuiser moralement et physiquement en moins de deux. Je ne peux pas gérer tout ça. Je serai anxieuse, épuisée et muette tout le reste de la journée, tu verras.
– parce que je vais être impatiente quand je t’explique quelque chose qui est très clair pour moi et que je pense que si c’est facile pour moi, c’est pareil pour toi, sans égard pour tes talents, tes capacités et tes limites. Dans ma conception des choses, si je peux apprendre un logiciel complexe en deux heures, toi aussi.
– parce que je vais toujours m’enthousiasmer pour deux ou trois sujets de conversation et regarder dans le vide quand tu me parles durant dix minutes d’un sujet que tu maitrises et auquel je ne connais rien. Mais contrairement à ce que tu penses, je t’écoute attentivement même si je ne te regarde pas. C’est juste que je suis sans doute en train de me vider de ma batterie à force de demander à mon esprit de rester concentré. Alors je ne te donnerai plus de signes d’intérêt, mais je n’en ai pas toujours conscience. Il faut que tu continues de me parler quand même, même si ce n’est pas évident pour toi. Ce n’est pas évident pour moi non plus.
– parce que je ne te dirai pas systématiquement « Salut, comment ça va? » quand je te verrai en premier. Et si tu dis « Comment ça va aujourd’hui? », il est possible que je te détaille mes malheurs personnels, quel que soit ton degré d’intérêt envers la réponse et quel que soit notre degré de confidences. Tu veux juste être poli et entendre « Super bien ». Mais pour moi, c’est une véritable question ouverte.
– parce que je vais te reprendre rudement quand tu fais une erreur, sans égard pour ton amour propre et ton expertise, juste parce que pour moi, tu n’as pas dit les choses justes et que je suis concentrée sur la vérité et non sur l’émotion que ma rudesse suscite chez toi. La vérité, quand elle existe, c’est la seule chose à laquelle je peux me fier dans ce monde où tout est flou pour moi. J’en suis désolée, je ne veux pas te blesser.
– parce que si tu es mon ami et qu’au cours d’une discussion une personne qui n’est pas de « notre clan » ou est un « ennemi » a raison, je vais lui donner raison, sans égard pour les liens particuliers qui nous unissent. Même devant d’autres personnes. Pour moi, la vérité et la justesse de l’information est la chose la plus importante, même s’il faut sacrifier des bras et des jambes. Je ne verrai pas la trahison que tu ressentiras, car te trahir n’était pas mon intention première.
– parce que je ne te donnerai pas systématiquement raison simplement parce que tu as un doctorat, que tu es mon aîné(e), que tu es plus riche que moi, que tu as un meilleur travail que moi ou que tu crois être Dieu. Quand mon idée est faite, il faut me faire changer d’avis avec des arguments rationnels, pas avec des émotions. Je ne comprends pas la hiérarchie sociale ou les formes de discrimination qui dans ta tête peuvent me mettre inférieure à toi et te permettre de gagner juste pour gagner. Alors je vais m’obstiner. Ne le prends pas personnel.
– parce que je ne réagis pas à tes soucis quotidiens avec l’empathie à laquelle tu t’attends. Je vais te donner une solution logique sans te tapoter le dos. Si tu me reparles de ton souci plus tard, je vais répéter ma solution jusqu’à ce que tu la mettes en pratique. Je peux être plate comme ça. Mon but est de t’aider, c’est ma forme d’empathie. Si j’ai réagi, c’est que je tiens à toi, malgré ce que tu penses. Je ne te prends pas pour un imbécile.
– parce que j’arrêterai probablement de réagir à notre conversation au bout de vingt minutes et que tu me sentiras absente parce que le restaurant est trop bruyant, qu’un bambin pleure à la table voisine, que la voix portante de Jean-Paul, cinq tables plus loin s’élève au-dessus de tes paroles. Parce que les bruits de vaisselle et de cuisine viennent gronder avec le murmure rugueux des conversations entrecroisées et que la musique de fond englobe tout dans une cacophonie sans nom que toi tu ne remarques pas, mais qui me fait grincer des dents comme des ongles sur un tableau noir. Cette métaphore-là, je suis certain que tu la comprends
– parce que je ne montrerai pas facilement mes émotions et tu auras tendance à ne pouvoir les lire dans mon non-verbal. Tu me diras souvent  : « Mais dis-le à ta face! » si je te dis que je suis anxieuse ou contente mais que je garde la neutralité glaciale de Monsieur Spock.
– parce que je ne ferai pas de batailles d’oreillers ou de chatouilles ou que je ne te prendrai pas spontanément dans mes bras avec force parce que ça peut me faire mal. Tu me diras en badinant « Oh, allez, ce n’était qu’une petite tape sur l’épaule! » en te la refaisant à toi-même sans saisir que moi, j’aurai mal pendant une heure. Ma peau est sensible à ce point-là.
– parce que j’aurai toujours l’air « nerd parce que je passe plus de temps avec mon PC et mes livres qu’avec toi. Si tu réussis à me désincruster de ma chaise à roulettes, il faudra que le film soit bon, le poulet pas trop sec ou les lieux pas trop bondés. Mais tu ne le sauras peut-être pas que j’aurais préféré m’enfermer seule à la maison en compagnie de mon écran, parce que je n’oserai pas le dire. Si j’ose, tu me trouveras impolie, parce que je n’aurai pas toujours les mots diplomates. Tu ne dois pas le prendre personnel ça non plus.
– parce que où que tu m’emmènes, quoi que tu fasses d’extraordinaire, je ne partagerai pas toujours ton enthousiasme et ton bonheur. Parce que même si tu joues dans le meilleur groupe rock de l’année, en allant te voir jouer, je n’aurai pas envie de taper des mains au rythme de tes chansons, je serai anxieuse dans la foule et j’aurai envie de m’enfuir chez moi et de te laisser en plan. Mon attitude n’a rien à voir avec toi, c’est ce qui enrobe l’ensemble de la situation qui m’agresse. Et je ne peux pas souvent passer par-dessus tout ça.
– parce que si tu changes nos plans à la dernière minute, je vais figer parce que j’ai déjà passé deux jours à me préparer mentalement à toutes les étapes décidées, au trajet, au stationnement, à ne pas arriver en retard, aux gens à rencontrer, et que là, tu me déstabilises. Je n’aurai pas le temps de me refaire une carte mentale pour me baliser. Je vais paniquer.
– parce que j’ai l’air de parler comme un livre et que mon langage semble parfois sorti d’une autre époque, une époque qui n’est plus à la mode. Parce que j’utilise des mots savants et que tu pourrais penser que je suis pédante. C’est juste que ces mots existent, que je les connais et qu’ils servent le message que je veux te transmettre. Sur les paroles comme sur tout, je suis souvent en dehors des modes.
– parce que tu ne diras jamais de moi : « C’est une fille chaleureuse, elle nous met à l’aise, c’est une fille de party. » Parce que tu n’arriveras jamais à me sizer et que tu risques d’interpréter mon comportement involontairement rigide comme négatif à ton égard. Mais tu ne sauras jamais que moi, je ne te juge pas, que je ne te compare pas aux autres et que j’accepte tes différences et que je pense vraiment les belles choses que je te dis.
– parce que je n’aime pas les sports d’équipe, que je n’ai pas de coordination et que pour moi, si l’équipe perd ou gagne, ça ne me fait pas de différence. Je n’ai pas le sens de la compétition du tout en moi. Parce que d’être invitée à jouer à un sport d’équipe, c’est aussi attirant pour moi que de jouer à la roulette russe.
– parce que je te paraîtrai toujours un peu antipathique ou étrange au premier abord et que tu découvriras plus tard que je suis adorable. Tu me diras : « Tu gagnes à être connue », si tu te rends jusque-là. Mais la majorité des gens ne le fait pas.
J’ai beau travailler fort tous les jours contre tout ça, pour m’adapter à ta vision et à ton monde, ce sera toujours un terrible combat où je perds des dents et des ongles au quotidien. Mais ça tu l’oublieras, parce que tu crois me connaitre et que pour toi, je suis « normale », juste timide et renfrognée. Tu ne verras que la fille pas cool, pas facile à fréquenter, celle avec qui « c’est donc bien compliqué  avec elle  » et, la plupart du temps, tu te détourneras.

12 commentaires:

  1. Bravo pour la simplicité avec laquelle tu livres ton vécu. Ça me fait du bien de te lire, que tu nous donnes accès à ta façon de penser, de voir les choses. Continues à nous faire découvrir qui tu es, dans toute ta splendeur! :)

    RépondreEffacer
  2. Wow, c'est à lire, ça nous fait voir un peu ce que nos spéciaux autistes vivent.... Ma fille n'a que 8 ans, ne peut pas exprimer ce qu'elle vit en elle... Mais beaucoup de choses dites ici, doit-être ce que son unique cerveau doit fonctionner.....

    RépondreEffacer
  3. Je vous remercie pour vos bons commentaires. Je crois que ces choses doivent être dites, pour comprendre mieux ce qui se vit dans notre tête. En même temps, je livre ici une pensée toute personnelle qui n'engage que moi. Il est possible qu'il y ait des différences pour d'autres personnes, car chacun est unique! :)

    RépondreEffacer
  4. En effet, chaque personne est unique autiste ou pas. Par contre, pour nous parent, cela nous permet de comprend certain schéma, certaine façon de penser ou de réagir. Merci de permettre au gens de mieux comprendre autisme.

    RépondreEffacer
  5. je me reconnais parfaitement dire qu'avant que mon fils soit suspecté d'autisme jamais je n'aurais pensé que je pouvais être asperger (preuve que c'est flou pour tout le monde ce que sont les TSA ) vu que j'ai eu une reconnaissance adulte handicapé sans trop savoir la pathologie ,on m'avait parlé de phobie sociale sans m'en dire plus .

    RépondreEffacer
  6. Beaucoup d'adultes se reconnaissent, souvent à travers leurs enfants qui sont diagnostiqués. Vous avez raison, c'est flou, surtout parce que chacun est différent, même en correspondant à la description. J'ai des caractéristiques Asperger, d'autres carrément autistes et aussi des caractéristiques très neurotypiques!!! Alors imaginez, c'est comme ça pour beaucoup d'autres aussi!

    RépondreEffacer
  7. c'est absolument simple et pourtant c'est bien ça, c'est egalement moi..
    Un grand merci!!
    (j'ai egalement un blog ou je livre mes impressions de vie...je suis aspie ,maman de 4 enfants dont 2 atypiques).
    je viendrai lire vos textes avec un grand plaisir! à bientôt...

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Donnez-moi l'adresse de votre blogue, je vais aussi le consulter!

      Effacer
  8. Bonjour, j'ai une question à vous poser. j'ai 25 ans et je me reconnais dans beaucoup de symptômes du syndrome d'Asperger, un peu plus dans les témoignages sur les enfants. néanmoins, quand je lis certaines choses sur les adultes je me reconnais moins dans certaines.par exemple, je suis assez sociable, j'ai beaucoup de connaissances, je peux être souriant sans effort, je peux rire et comprendre des blagues, comprendre des sous entendus, je peux être empathique, même hypersensible dans certains cas, totalement glaçant dans d'autres,je suis capable de manipuler les gens, ce qui ne me semble pas caractériser les Asperger. Mais je me demande si je n'ai pas appris par mimétisme à faire cela. pensez vous que c'est possible, parceque autant je peux avoir des contacts avec les gens, autant ça reste superficiel et je préfère la solitude. je pourrais vivre seul si c'était admis socialement. je fais beaucoup de choses de façon mécanique, parcequ'il faut les faire. je vois la vie parfois comme un jeu aussi. je me reconnais aussi dans le fait de ne pas juger les gens, et d'être trés géné quand j'entends un jugement même si il ne me concerne pas. j'ai tjrs été premier de la classe, jusqu'à la fac où je fais de bonnes études mais avec des resultats moyens parceque tout cela me pèse. Bref, c'est possible que je ne sois pas Asperger, ça serait bien que vous me repondiez. Je vous félicite de tenir ce blog qui aidera beaucoup de gens j'en suis sur. cordialement :)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bonjour!

      Je ne peux vous faire un diagnostic, je n'en aurais pas le droit et j'ai de toute manière trop peu d'éléments. Je vous donnerais, puisque vous me le demandez, une opinion personnelle. Vous semblez avoir des traits, mais l'aspect manipulation ne s'apprend pas pour les aspergers,en tout cas, pas chez ceux que je connais. Mais il y a dans la manipulation des tas d'aspects et un spectre assez large,il faudrait voir...

      Par contre, si vous pensez avoir appris par mimétisme, j'aurais un doute, ça indiquerait chez vous une capacité à acquérir des aptitudes sociales par imitation, ce que n'est pas très asperger.

      En bref, vous pouvez être TED non spécifié ou pas du tout sur le spectre autistique. J'opterais plus pour la seconde option, mais comme je vous disais, c'est trop peu d'éléments pour une opinion exacte... Je ne peux oser en dire plus, désolée....

      Effacer
  9. J'aime cet article.
    Le titre m'a attirée ; en même temps... c'est l'objectif d'un titre.
    Quand les résultats de mes bilans sont tombés, je me suis sentie très triste, car j'espérais un peu ne pas posséder un fonctionnement autistique. Je voulais être "cool" ; j'espérais encore être un jour comme les autres.
    En ce moment, je fais ce deuil en me concentrant sur mes compétences.

    Merci pour ce blog tenu avec rigueur et originalité.

    | La Petite Coccinelle |

    RépondreEffacer
  10. Merci pour cet article. Je vais le faire lire aux grands-parents de mon fils pour les aider à mieux le comprendre. Merci

    RépondreEffacer

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.